Gros paquet gay gros zob rebeu

gros paquet gay gros zob rebeu

C'était pas douloureux, mais je pensais qu'on était au bout Malgré tout, je suis rassuré: Mais ce con ne l'entend pas pareil: Mon anus est une fleur bien ouverte dans laquelle Mamadou se déchaine. Faut qu'j'avoue un truc: Je comprends ce que ressens un passif quand j'le prend. Bachir me baise la tronche pendant que Mamadou me lamine la rondelle. Les deux rivalisent de coups de reins, imprimant ainsi un rythme de dingue.

J'me sens comme une balle de tennis lors d'une finale Nadal-Federer à Rolan-Garros! Mamad', va récupérer les autres! Les mecs, z'abusez grave là et Une baffe de Mamadou. Montre que t'es à nous maintenant Skarla!

Recule sur ma teub ou implore-moi" Putain, il a trop raison le con! J'ai grave envie qu'il me baise. J'ai pas pu juter, mais ma teub a un filet de pré-jus qui pend jusqu'au sol. Il chatouille, il se frotte. Je commence à couiner comme une tepu. Puis je craque, je recule pour m'empaler comme une truie en manque. J'ai honte, mais ça m'excite à mort. Et j'ai la séquence filmée! Si Bachir et Mamadou veulent que je me laisse piner par eux, j'vais péter un plomb. Par contre, si je reprends mon rôle habituel, ça va chauffer pour les boules de ces trois ptits peds en manque!

Tro bon pui y me crache a la gueule et me dit " A dem's ma tepu ". Je rentrais d'un Week End en province dans la mifa avec la caisse de mon reuf. J'avais du négocier hard pour qu'il me lâche sa grosse cylindrée tunnée à mort mais j'avais eu gain de cause.

C'est comme ça que je me suis retrouvé sur l'autoroute à tracer sur le bitume en direction de Paname. J'étais tranquille, la caisse sautant aux rythmes des basses de mon CD de rap grâce aux amplis de psychopathe que mon reufré avait installé. J'aurais pu tenir le volant avec ma teub tellement j'étais chaud. Y' a des moments comme ça où tu contrôles plus, où le cerveau se met en off et c'est la teub qui dirige.

Ca peut être n'importe où, n'importe quand, avec n'importe qui mais il faut que tu te vides! Tu peux toujours espérer choper un autostoppeur ici!

Au bout d'un quart d'heure, j'en ai mal à la teub de bander autant malgré mes caresses sur le jog pour essayer de me calmer un peu. Un panneau annonce une aire de repos dans quatre bornes, faut vite que je m'y arrête pour aller me branler dans les chiottes et me soulager enfin. Direction les chiottes où la lumière trop vive m'explose les yeux, on se croirait dans un hôpital la dedans.

Je me pose devant un urinoir pour sépi vite fait et me teub a du mal a giclé car je bande encore à moitié. Débarque alors un petit minet d'une vingtaine d'année en tenue de service avec sa serpillière. Il nettoie sans enthousiasme le sol crade et je remarque vite son regard insistant sur oim. Comme par hasard il vient nettoyer les urinoirs et matent avec vice ma teub en train de cracher un jet jaune et puissant sur l'émaille.

Je secoue bien ma bite sous ses yeux et je lui lance un regard mortel. Je trace alors direct vers une cabine de chiotte et je laisse la porte entrouverte. Je suis à peine posé que j'ai déjà ressorti ma teub et que je commence à la branler doucement. Y'a pas de temps à perdre et je sais très bien que c'est ça qu'attend le petit dèpe de la station d'autoroute.

Il s'avance sans dire un mot, lâche son balais et ferme la porte des chiottes. En deux secondes il glisse devant moi et sa bouche vient emboutir mon zboub direct. Sa langue chaude donne des petits coups sur mon gland circoncis et je lui chope la tête entre mes mains pour lui défoncer la gueule direct.

Je suis och de chez och et j'ai trop envie de me vider sur sa face de lopsa bien docile. Il a de l'expérience le petit pd et j'ai pas à pousser beaucoup pour que mes boules bien pleines viennent lui taper contre le menton et que mon gland aille taper contre le fond de sa gorge. Je le tire par les cheveux pour voir son regard soumis à ma bite se planter dans le mien.

Il gémit comme une salope et commence à faire glisser sa combinaison de travail sur le sol crade. Je vois son beau petit cul lisse et rond s'activer devant moi et alors que je lui bourre bien le gueule, il commence à se caresser le boule.

Il lâche ma teub pour se mouiller les doigts en me lachant pas du regard puis replonge dessus en se mettant deux doigts dans le cul. Ca c'est du kiff! Ma teub se raidit un peu plus et je sens que je ne vais pas regretter mon arrêt à la station de l'autoroute.

J'ai comme l'impression que c'est pas une première pour lui de se faire retourner sur son lieu de travail. Il va se caler le cul bien tendu en arrière face au mur et je glisse derrière lui la queue bien emballée à la main. Je kiffe les stations sévices et je vais vite lui faire le plein! Ca rentre sans problème et le keumé e tortille comme une chienne pour bien caler ma teub au fond de son trou. Je le pilonne comme u malade et sa face va s'écraser contre le mur crade au rythme de mes coups de butoirs.

Je lui chope les eins et les malaxe à pleine main et le keumé décolle. Il se met à gémir comme une tepu et pousse lui même son boule sur ma bite pour bien se la rentrer au fond.

J'ai même pas à gébou il vient s'exploser la chatte tout seul sur mon pieu bien raide. Trop c'est trop, je sors ma queue d'un coup et je le retourne face à moi. Il se jette sur mon morceau et retire le préso pour secouer ma teub à grands coups de poignets en donnant des petits coups de langue sur mon gland. En deux deux je balance mon jus qui jaillit dans tous les sens et va finir sa course sur les carreaux blancs des chiottes de la station.

Je vous ai raconté ce qui m'est arrivé le 9 octobre, mais voici ce qu'ils m'ont fait y'a tout juste une semaine Je frappe à la porte de Karim. Il arrive, l'air complètement pété et me fait signe de rentrer puis de le pomper. Bastyen n'est pas là: Erreur de ma part: Ça fait plaisir de voir que ta lope est venue sans qu'on soit obligé de mettre nos menaces à exécution!

Elle pompe mieux que l'autre jour? Et surtout beaucoup moins récalcitrante À croire qu'elle à déjà pris goût à ma teub. Viens lui donner ton biberon au lieu de parler frère! Sa queue était déjà bandée, dure, droite, au garde à vous, prête à me limer la bouche et la rondelle. Il me la tendit, tout en restant debout. Karim, affalé sur le canapé, m'attrapa les cheveux et me guida vers le chibre de son pote.

Je me prêtais au jeu sans en admettre encore, à ce stade, tout le plaisir que j'y prendrai par la suite. Je crus tout d'abord au pieu de mon rebeu.

Karim me faisait une feuille de rose! Je me mis alors à gémir comme une vraie femelle en chaleur. Je suçais avec ardeur, comme si je mourrais de faim. Mon cul m'envoyait des signaux incroyables de plaisir. Je voulais une queue pour éteindre cet incendie qui dévastait mes entrailles, mon esprit, mon désir débordant N'importe quoi pouvait faire l'affaire, tant que ça remplirai ma chatte de pute.

Car c'est à cet instant que j'en pris conscience: Il m'en fallait une, vite. Et ce désir, je l'exprimais de façon soumise et implorante. Mon sentiment d'appartenance à ces deux machos était total. Karim, prédateur dans l'âme, le ressentis: T'es juste un trou que j'utilise.

C'est ma queue la star que tu veux sentir en toi, bâtard! Alors, tu crois que tes cris de pute vont me donner envie? Trop simple de vous transformer en salope. Et moi, j'aime pas ce qui est trop facile. Va falloir que quelqu'un d'autre s'occupe de calmer l'incendie. Moi je vais te juter sur ta face de pute et te tartiner tes belles petites joues. Et si t'es pas content, tu iras te trouver un de tes copains fiottes qui voudra bien d'un cul comme le tien. Je me taisais, espérant simplement qu'il finirait par me perforer les entrailles, me déchirer l'anus.

En réalité, se sont surtout mes cheveux qui ont pris: Si Karim ne voulait pas de mon cul maintenant, je n'aurai pas de répit pour autant. Tandis qu'une autre queue se présenta sous mes yeux, Bastyen s'était placé derrière moi. Un objet froid vint frotter ma rondelle. Trop petit pour que ça soit un god. J'essayais alors de me retourner pour voir ce qui m'attendait, mais Karim me mit une beigne et ajouta, l'air enragé: Faut vraiment que tu intègre ça: Si tu le comprends pas, ça va mal tourner ok?

Et j'aimai tellement ça! Même si les muscles de ma bouche étaient épuisés, mon appétit pour la queue n'était pas rassasié. J'en voulais, encore et encore, et surtout dans ma chatte.

L'objet froid voulait entrer. Un centimètre de diamètre tout au plus. Je craignais que ce soit un goulot de bouteille. Mais pas du tout: Bastyen m'enfonça 10 centimètres sans le moindre élargissement, tandis que Karim s'acharnait sur ma bouche comme il l'aurait fait dans une chatte de meuf. Mon cul était en furie: Il ne faisait que réveiller mon envie de grosses queues. Bastyen le manipulait doucement mais dans tous les sens. À force de chercher, il trouva l'endroit qui, sans que je comprenne, me fit jouir mécaniquement.

Je déversais alors des quantités impressionnantes de jus: Aucune dignité cette grosse pute! Plus sadique que Bastyen, il étala avec son gland la jute qui coulait sur mon visage. J'en avais dans le cou, sur le menton. On te fera signe. Mais t'as tellement aimé ça que tu reviendras comme un bon toutou. Surtout que t'as pas eu une bonne queue dans ton boul. Et salope comme t'es, tu dois te sentir en manque grave!

De quoi te mettre en manque jusqu'à la prochaine fois. T'es à nous, même sans les photos, tu es psychologiquement à nous. Tu peux rien y faire salope, ajouta Bastyen avec un grand sourire victorieux. Ils avaient tout fait pour ça. L'éprouvette avait pour but de me mettre la chatte en chaleur, tout comme la langue de Karim Parc Lénine à 22h: Je viens vous raconter ça dès que possible!

Idriss, le rebeu gay de cité nique le cul de Cohen Byron avec sa grosse bite arabe. Un Kabyle gay baise un passif. Un jour ou j'étais vraiment chaud j'ai décidé d'aller trainer dans la cité de ma ville.

A peine arriver que je me fais accoster par deux rebeux trop canon. L'un me dit "wesh mec qu'est ce que tu fait par ici? Le deuxième me dit ben "vas-y viens te caler avec nous, moi c'est Saïd et lui c'est Karim, et toi? Je lui répond "moi c'est joan". On se cale sur un banc dans le parc à côté de la cité. Karim me dit "tu fume? Ils se regardent tout les 2 un peu étonné et Saïd me dit "ben vas-y fait toi plaisir" en écartant les jambes.

Je lui demande "ça craint pas ici", il me dit "non t'inquiète, allez vas-y régale toi". Comme une chienne a qui l'on aurait pas donné a bouffé depuis plusieurs jour, je me jette sur son entrejambe. Il me dit "oh la vas doucement, j'ai envie que tu l'as déguste". Je ralentis la cadence et commence par renifler sa queue a travers son survet'. Il me dit "Ca sent bon hein?

Ca sent le mâle". Je descend son survet' et son boxer pour dévoiler une belle queue circoncise. Elle est qu'a moitié raide et fait déjà bien 18cm.

Je la prend doucement en bouche et commence de lent va et vient. Je sens son chibre grossir dans ma bouche. Je lui lèche les boules, je gobe la gauche puis la droite et je reprend ma pipe. J'accélère légèrement et lui fait une gorge profonde. Il kiffe grave et me dit "t'es une super bonne suceuse toi" je lui souris.

Il décide de prendre les choses en mains. J'ai des hauts le coeur mais je tiens le coup. Il me maintien en gorge profonde. Il me bifle la gueule avec son gros chibre et me nique la bouche une fois encore. Il me dit "ahhh ça vient" et il m'inonde la bouche de bon foutre. J'en perd pas une goutte. Je lui nettoie la queue "vas-y Karim tu vas kiffer". Karim sort sa bite qui est déjà bien raide. J'hallucine, elle est encore plus grosse que celle de saïd. Je commence par lui lécher la verge et l'enfourne direct en gorge profonde pour savoir si j'y arrive ou pas.

J'ai un peu de mal mais je rentre tout. Rassuré, je lui pompe le dard comme à Saïd. Il ne dit rien, j'entends seulement les râles de plaisir que lui procure ma fellation. Il me caresse les cheveux, me les tires pour me dégager de sa bite et me crache dans la bouche. Il me refoure son chibre dans la bouche. Je le pompe encore quelque minutes et il me balance la purée, au moins 5 bonne giclée. Karim me dit "merci pour la vidange à la prochaine". Je rentre chez moi satisfait de ce moment.

Plus de nouvelles de mon rebeu, je me décide à bouger, je file au Marais boire un verre, dans le coin du bar, un rebau me regarde fixement. Je fais genre je le vois pas, sirote mon coca tranquille. Je sens qu'il s'assoit à coté de moi. Salut, je m'appelle Bader, t'es seul? Je le regarde ironique et lui dit: Il rigole et me mets une petite tape sur la fesse. Il me regarde un moment sans rien dire avec un petit sourire puis me lance et tu t'appelles comment?

Il me saoule, au bout d'un moment je finis mon coke et me lève sans lui répondre. Il est plutôt impressionnant, large d'épaules, de bonnes cuisses moulées dans un jean noir et une chemise ouverte laissant apparaitre quelques poils noirs Il me rejoint et continue à me parler à me poser des questions Je ne réponds pas puis le regarde au bout d'un moment et lui dit: Au fil de mes pas, je me rends compte qu'on est dans une petite ruelle sombre du marais et qu'on est que tous les deux.

Alors que je m'en vais, il m'attrape le bras et me dit: J'essaie de lui échapper mais sa langue fouille ma bouche et j'avoue que son baiser m'excite pas mal. Voyant que je me défend plus trop, il me regarde mon visage dans ses mains et me dit, vas y bb, viens j'habite pas loin, on va s'amuser Je finis par céder, effectivement il habite pas loin, il ouvre la porte d'un petit studio un peu en bordel, d'une main il tire le clic clac et me pousse dessus.

Il vire son blouson, m'embrasse et me dit, vas y montre moi comment tu fais kiffer un mec. Le souvenir de mon rebeu me hante mais je me dis que Bader est là et que j'ai rien à perdre. Je m'assoies sur le pieu, déboutonne sa chemise et découvre un putain de torse musclé et poilu juste comme il faut. Je me mets à genoux sur le pieu et lèche ses tetons, ses aisselles, ma langue descend le long du filet de poils qui descend jusqu'à sa braguette et lèche son nombril au passage.

Il m'attrape la gueule et m'embrasse puis avec un sourire il me dit, t'aimes les mecs toi, ca se voit, continue à t'occuper de moi. Sans me faire prier, j'ouvre les boutons de sa braguette en léchant son torse et en le regardant dans les yeux. Le gars me laisse faire, je descend le jean et découvre un boxer bien rempli et moulant un gland énorme. Ni une ni deux, je me penche et gobe ce gland à travers le boxer bien tendu.

Il gémit, je baisse son boxer et me trouve face a une bite énorme. J'ouvre large la bouche pour l'avaler mais j'ai du mal à tout prendre mais ma langue s'active dessus et je gémis. Je l'entends me dire putain tu kiffes le zob j'en étais sur, vas y ma salope régale toi.

Le fait qu'il me parle de cette façon m'excite, sans lâcher sa queue, je me dessape. Une fois en boxer je sans sa main tâter mon cul.

Il descend mon boxer et me claque le cul Je pompe comme un malade, lui se mets en 69 et je sens ses mains écarter mon cul et sa langue fouiller ma rondelle. Je gémis grave, lui me dit putain en plus de bien sucer t'as un boule de ouf. Je le repousse et le chevauche, je prends sa bite de malade en main et la frotte contre mon trou bien huilé.

Il bande grave, ouvre le tiroir, enfile une capote et pousse son gros gland dans mon cul. Etonnement, le passage se fait tout seul tellement il m'as chauffé, je pousse un bon petit gémissement de salope et il entre en entier dans mon cul. Je sens mon trou éclaté par son gros membre. Je prends appui sur ses pecs poilus et vas et viens sur sa bite de rebeu en gémissant comme une femelle, lui m'attrape le cul fermement, ca dure plus de 30 minutes, il me bascule et viens se placer la queue juste devant moi et me lâche un flot de sperme bien épais sur la gueule.

J'ouvre la bouche pour gouter son jus et lui m'étale sa crème sur ma gueule. Il me dit de rester la nuit et s'occupe de mon cul encore deux fois dans la nuit. Je rentre au petit matin, ravi de ma nuit et recois un petit sms "A très vite petite pute" Un soir je discute sur un site de rencontre je ne trouve pas grand chose au bout de minutes plus tard je tombe sur un pseudo actif cho il a 26 ans don je clique sur son pseudo et commence a lui parler.

On monte dans ma caisse et me dis: Il me bourre le cul pendant 5 minute et la il ejacule direct dans la capote et il le me dis: Mon plan cul régulier, un actif, grand, large, rebeu, tatoué, musclé, poilu, viril et domi, me demande de venir le vider et de faire vite car ça fais déjà 2h qu'il se branle. J'arrive donc chez lui et il me demande de monter directe et de me mettre a poil. Il me tend alors un jock-strap, je le met. Ca l'existe, il me caresse le cul et me le claque en se tenant la queue par dessus son short.

Il me met à genoux et me plaque la tete sur son short, pour que je leche et sente. Puis il retire le short et fait de meme sur le boxer. Il sent bien le male en rute! Je finis par le sucer à fond, mais très vite il se retir et se tiens la queue en poussant des cris viril pour retenir son jus. Il me jette sur son lit, et me donne son boxer à sniffer, pendant qu'il sort un gode d'au moins 20x7 cm. Il le lubrifie, et le passe sur mon trou, pendant que je lui suce la queue avec son boxer sur la tete.

Il fait rentrer son gode, je gémis de douleur, il me tiens alors la tete en gardant bien ça queue dans ma bouche en me disant "chuut chut!

Il kiff ça se voit, et il le dit! Je finis par kiffer aussi sentir son gode en moi, sa force pour me tenir les jambes et sa queue dans ma bouche pendant que mes mains se tiennent à ses jambes et pieds sur lesquels ses cho7 sales sont encore là! Il finit par retirer sa queue de ma bouche, il remet son boxer sur mon visage, et finis par cracher son jus odorant sur mon corps.

Il retire le gode, et se met a me branler, en tenant son boxer sur mon nez, et ma tete vers ses couilles et la base de sa grosse queue. Je lui retire une cho7 pour la sniffer a la place du boxer, et finit par juter à mon tour.

Je leche encore un peu ses couilles et sa queue puis je vais me laver, et rentre jusqu'à la prochaine fois. Je suis une vraie tepu, ou une bonne lopsa comme disent les rebeus. Eux, ce qu'ils kiffent, c'est une bonne gueule comme la mienne qu'il leur faut pour gicler tout ce qu'il ont dans leur suvet. Mais avant quand les rebeus étaient pas encore des scarlas en costla, mais juste des keums bien auch prêts à défoncer le cul et la bouche des keume comme moi, Je kiffe grave les rebeus, ce sont des mecs trop auch qui savent niquer mortellement bien c'est pour ça que je suis accros.

Quelquefois j'en veux même à ma reum et mon daron de pas avoir donnée des chromosomes du Maroc, de Tunisie ou d'Algérie, et d'avoir fait de moi un ptit gars juste bon à se faire niquer dans tous les sens. Donc c'était dans un putain d'ascenseur, en plein été, chaleur à crever. Kamel, Youssef, Farid, Sami, Kader et des dizaines de keums aussi bandants les uns que les autres. Alors moi, ptit céfran de merde, j'suis là, accroché à un grillage à mater. Et là, plutôt que de me barrer, je leur fait un doigt.

La meute au cul, je détale comme un lapin. Encore trois derrière mes fesses, deux, puis plus qu'un. Une entrée d'immeuble, j'entre, trouve pas l'escalier. L'ascenseur est là, portes ouvertes, prêt à! Et moi comme un con, j'entre dans la petite boite. Je me retourne, il est là, me pousse dans le piège.

Les portes se ferment. L'ascenseur grimpe, mais je m'en rend pas bien compte. Le keum vient de me foutre son poing dans la gueule, je suis sonné. Mon agresseur s'en branle, y me tape encore, m'attrape par le col et me regarde droit dans les yeux. Il a entre 20 et 22 ans, je le kiffe grave de chez grave. Il s'approche encore et son survet est collé à ma braguette. Je transpire comme un ouf. Le keum m'attrape la nuque et me pousse vers le bas, contre son survet qui a gonflé en deux minutes.

J'suis hypnotisé, je pense plus qu'à sa teub. J'suis à genoux, il a sorti son zob et me tape sur les joues avec. J'ouvre la bouche et il pousse sa teub au fond, elle glisse! J'attrape ses boules, elles sont pleines, c'est sur. Je suis puceau, mais pour une première, j'crois que je me demmerde pas trop mal.

Il passe son t-shirt au dessus de sa tête. Ses muscles sont tendus. Moi aussi j'ai joui, sans rien faire, dans mon froc. Pas le temps de reprendre mon souffle, il me retourne, baisse mon fute en me traitant de pédale et me fout à quatre patte, comme une chienne. Il crache de la salive sur ma rondelle vierge. Je sens son zob contre mon trou. Il pousse d'un coup et me défonce. Il se retire et replonge dans mes entrailles.

De toute façon, il m'écrase la gueule sur le sol crade. Cinq secondes, dix secondes, quinze aller-retour dans mon cul et il joui sur mon cul. Moi, comme une chienne en chaleur, je reste sur le sol de l'ascenseur. A chaque fois que je veux me rhabiller, il me tabasse et me traite de salope. Et là toute la bande attend devant l'ascenseur J'avais emménagé il y a peu dans un immeuble près de mon travail dans un petit F2 largement suffisant pour moi.

Je venais d'avoir 22ans et j'avais un boulot. Pas un super truc mais de quoi vivre chez moi. Dans ces immeubles on ne se connaît pas trop et on respecte la vie de chacun. Un soir je devais descendre deux vieilleries dans la cave et dans le couloir il y avait une odeur que j'ai reconnu. J'ai déjà fumé ça et j'avais arrêté. J'ai mis les trucs dans mon espace cave et j'ai voulu voir d'où venait l'odeur.

J'entendais aussi en me rapprochant des gémissements et j'ai avancé plus doucement. Au détour du couloir deux mec beurs regardaient un mec dans les 30ans se faire mettre et sucer par deux autres. J'étais juste sorti pour descendre à la cave et n'avait qu'un jogging , rien dessous. J'ai eu le gourdin de les voir démonter le mec qui appréciait en se branlant en même temps. J'ai glissé ma main dans le jogging, la position de ma queue me faisait mal en se raidissant comme ça.

J'ai senti derrière moi une main passer sur mon torse, le corps se collant contre moi. Le geste n'était pas agressif, plutôt sexuel, la main descendant rejoindre la mienne, fouillant l'intérieur de mon jogging recto et verso.

J'ai senti de mon coté une belle barre que je suis allé palper par derrière, Le morceau était beau, généreux en taille. J'ai vite eu le jogging baissé et des doigts qui exploraient mon cul. J'allais me retourner pour au moins sucer quand une poussée m'a fait pencher et un crachat vite étalé a préparé le passage qui s'est ouvert sans trop de mal. Je ne voulais pas attirer l'attention des autres, mais j'avais déjà eu de bonnes expériences et ce qui me prenait n'était ni la plus grosse ni la plus petite.

Au moment de jouir il s'est dégagé et m'a retourné. J'ai reçu une méga giclée sur la gueule, le mec prenant plaisir à m'enduire à chacun de ses spasmes. Il a eu un rire étouffé, m'a mis un kleenex dans la main. Essuie toi je sais qui t'es et je viendrais te voir. Le temps que je nettoie mes yeux il était parti. J'avais même pas vu sa tête. Je me suis essuyé et j'ai quitté le lieux , allant me finir ave mon gode , sur le canapé en l'imaginant en moi.

J'ai giclé jusqu'à mes tétons. Je me suis endormi en pensant au bel inconnu et même le matin avant d'aller au taf, j'y pensait encore. J'ai fait le trajet jusqu'au boulot en rêvant entassé comme à chaque fois dans ce wagon à bestiaux aménagé pour les petits bosseurs comme moi et j'ai fait ma journée de travail. En rentrant le soir, y avait quelques groupes sur les rebords des aménagement urbains comme ils disent.

Je les ai traversés, suivi du regard par des jeunes plein de testostérone pour rejoindre mon petit appartement. Sur la porte un mot scotché "Je passerais ce soir". Je ne connaissais personne de l'immeuble, ni j'avais donné mon adresse au parents, ce ne pouvait être que mon inconnu de la veille. Je revenais crade du boulot et mon premier truc à été de me doucher, me décrasser extérieur et intérieur race à la poire que je n'avis pas jeté qui me servait à me nettoyer le cul ou quand j'étais constipé et pendant que mes cheveux séchaient j'ai mis de l'ordre vite fait, remettant le lit en position canapé, rangeant la cuisine.

Je me suis ébouriffé les cheveux les faisant un peu gonfler et je me suis installé devant la télé, j'ai mis un de mes films homos sur le lecteur DVD mais sans le démarrer. L'attente est délicieuse et paraît interminable quand en plus on ne connaît pas trop celui qui va venir. Enfin ça a sonné et après un geste rapide je me suis retenu pour qu'il attende un peu et j'ai ouvert. Un petit beur aux cheveux bouclés et aux yeux verts me souriait à la porte. Salut c'était moi hier. Ben entre, reste pas à la porte.

Il est entré, a maté un peu partout. C'est cool chez toi. Tu vis seul , j'ai vu que ton nom sur la boîte aux lettres? Ecoute je vais pas te mentir, t'as un cul d'enfer et j'ai très envie non seulement de recommencer mais de te faire connaître à mes potes.

Oh rassures toi que des mecs de mon âge qui ont besoin de se vider les burnes et moi je superviserais le truc. Tu vois le genre?

En même temps qu'il parlait il me dessapait et je n'avais plus que le slip qui ne cachait pas grand chose. Au fait le M avant le nom c'est quoi comme prénom? Manuel, je suis d'origine portugaise.

On dira Manu c'est plus court. Pas comme ta queue! Pas énorme mais épaisse et assez longue. Montre ton boule, je l'ai mal vu dans la cave. Tu me fais bander comme un fou. Bon c'est bien ce qui me semblait, t'es un peu trop poilu des fesses mais si t'es d'accord ça s'arrange facile ça.

Il avait baissé son jogging et son boxer exhibant devant moi un sexe circoncis plus épais que le mien mais moins long et j'ai plongé dessus comme un affamé. Il y avait longtemps que j'avais pas eu l'occasion de bouffer une bite.

Bon tu fais ça pas mal. Son portable a sonné. Oui Kamel oui j'y suis la. Il me tenait la tête sur sa queue, imprimant sa cadence. Non, t'es con la il va falloir aussi avaler et je suis sur que t'aimes ça aussi. Il a limé plus vite , plus fort et dan un râle il m'a envoyé sa purée dans la bouche. La sonnette a encore retentie. Ouvre j'ai pas fermé à clé. Un autre beur moins mignon est entré en rigolant.

Eh ben il aime ça ta salope. Avale au lieu d'en laisser couler. Il a été suivi par 2 mecs un minou peut être beur et un black. A cinq dans mon F2 on était serré. Asseyez vous de chaque coté de lui. On est vendredi soir, tu bosses pas du week-end? Ben c'est tout bon ça! Lundi je pense que tu auras les lèvres en feu et le cul comme une chatte, mais sans poils.

Il se bascule en lit ton canapé? Ok on va le faire, C'est un vieux modèle avec des pieds. La maintenant allonge toi, sur le ventre évidemment.

Ils avaient déplacé le lit au centre et je me suis trouvé attaché les pieds écartés comme les bras. Un mec m'a écarté les fesses. Putain oui qu'il est poilu, on croirait Aïcha. On va fouiller t'as surement de la mousse et un rasoir. J'ai vu passer le premier que je venais de pomper vers la salle de bain et après un moment revenir avec un bombe de mousse et mon rasoir vibrant. Aller en 10minutes t'auras un cul de jeune fille. Tu vas apprendre la mentalité de l'immeuble quand t'es pas rebeu.

Te fais pas chier à répondre, t'es la uniquement pour nous faire plaisir. J'ai senti le froid de la mousse, les doigts qui l'étale puis la vibration du rasoir. Passe la main sous ses cuisses, je suis sur qu'il bande ou va bander sous peu. Il passait le rasoir sur mes fesses, se rapprochant de la raie. J'ai senti la main sur ma queue, me soulevant pour la passer derrière moi. Jolie, dommage pour toi qu''elle te serve à rien.

Tu grimaces quand je la mets comme ça? Tu préfères bander devant? Ben nous c'est de la voir bandée par derrière qu'on aime. Karim te fait une petite chatte imberbe comme du velours. Oh Abdel , tu dors? Prends des photos de sa tronche et tu en fait ou on voit sa gueule et ses fesses.

La tu vois ou plutôt tu sens il est en train de raser au plus près, tu sens l'air quand il écarte. Y en a pas pour plus longtemps. Après tu feras la salope pour nous. Sinon on appelle les grands frères. Bon , passe lui l'éponge entre les fesses qu'on voie mieux sa rondelle. Le gars se retrouve par la suite niqué par deux beurs gay cagoulés Malik et Master Beur qui lui font la misère. Le frimeur Doryann casse la rondelle de Sam Jones qui gémi à cette occasion comme une pucelle et comme une pute en même temps.

Pour fêter son anniversaire Kader souhaite se faire plez. Il "emprunte" une Porche rouge et invite ses potes Abdel et Tarek chez Eddy, un kebla friqué qui a réussi dans le showbiz et dans les combines. Les quatre lascars souhaitent se taper une bonne soirée entre potes, mais la soirée ne va pas se passer comme prévu Le deuxième volume de la BD Citebeur repousse encore les limites et expose sur plus de 80 pages des fantasmes sexuels haute densité: Le Défonceur a trouvé un job de coursier.

Nickel pour mêler travail et plaisir. Grâce à ce nouveau taff il peut pénétrer trankil dans les bureaux et apparts de tout un tas de lope gay. Dès qu'il repère de la bonne femelle en manque de queue, il déballe son gros colis.

Et aucune chienne ne peut résister à la vision de sa grosse bite black.

Plan cul a creil rencontre daddy gay

Gay thionville plan cul denain

Jetzt. Sowie Ich erwarte gar nicht. magdeburg Girls Süsse Sofia Coppola über kostenlose kilo als Independent Escorts, FKK-Clubs, Erotik-Massage in Berlin. Hier als Favorit gespeichert. Babylon | by WordPress Theme.

Je suis gay passif jeune gay hot

J'ai vu passer le premier que je venais de pomper vers la salle de bain et après un moment revenir avec un bombe de mousse et mon rasoir vibrant. Je me présente Emric 18 ans au moment des faits 1. Je rentrais de soirée. J'ai mis les trucs dans mon espace cave et j'ai voulu voir d'où venait l'odeur. On te fera signe. Il sent bien le male en rute!

About Isadora Burghardt